La réforme territoriale à l’épreuve de la démocratie française

fond_vierge

Article publié sur le site Ar C’hannad

39 députés pour voter sur l’amendement présenté par les députés Jean-Luc Bleunven et Thierry Benoît jeudi 20 novembre à l’Assemblée nationale. Sur 577 députés, ils n’étaient pas nombreux à être présents. Il s’agissait pourtant de défendre le droit d’option simple, un assouplissement du droit d’option tel qu’il est pour l’heure prévu par les textes, lequel prévoit non seulement un accord du département mais également des deux régions concernées par un éventuellement changement, ainsi que, le cas échéant, celui des citoyens, le tout à la majorité qualifiée.

Comme d’autres, MM Bleunven et Benoît voulaient simplifier ce droit, en l’amenant à la majorité simple, dans le but évident, ici, de permettre à terme à la Loire-Atlantique de faire jouer ce droit d’option sans se retrouver entravée par les Pays-de-la-Loire si cela devait se produire. Pour cette question, qui au final concerne peu de territoires, les députés ne se sont, semble-t-il, pas passionnés puisqu’ils n’étaient que 39 présents.
La veille, pour voter la carte définitive des régions, qui corrigeait les changements faits au Sénat, ils n’étaient, au plus fort de la journée, que 80 présents. Cela peut paraître peu, comparé au nombre de parlementaires, mais ça peut être pire. Pour le vote d’un amendement sur le projet de loi relatif à la désignation des conseils des prud’hommes, un autre sujet important, également examiné le 20 novembre, seuls onze députés étaient présents dans l’hémicycle.
De nombreuses raisons expliquent un tel absentéisme au moment des votes. La première, et la plus évidente, est que le travail parlementaire ne se résume pas à la présence dans l’hémicycle, plus encore quand il ne s’agit que d’amendements ou de valider l’un ou l’autre des articles d’un projet de loi, il est bien plus vaste et complexe que cela, entre présence dans la circonscription, participation aux commissions, etc. D’autre part, les parlementaires n’étant pas des machines, ils ont eux aussi besoin de se reposer, surtout lorsque les débats se poursuivent jusque tard dans la nuit. Ils s’organisent donc pour assurer une présence de leur groupe parlementaire tout au long du débat.

Lire l'article

Le Crédit Agricole en Bretagne va utiliser l’extension internet « .bzh »

dot-bzhLe Crédit Agricole en Bretagne a adopté l’extension internet « .bzh ». Il a en effet signé un partenariat avec l’association .bzh, et devient ainsi la première banque régionale partenaire premium de l’association. A partir de 2015, le .bzh viendra signer l’ensemble des éléments d’informations et de communication du groupe Crédit Agricole en Bretagne (qui compte quatre caisses régionales coopératives en Ille et Vilaine, Morbihan, Finistère et Côtes d’Armor). Pour son directeur Christian Cerretani, « en adoptant le .bzh, la banque signe son identité, son implication et sa mission au service du territoire breton ».
JDE | Édition | 24 novembre 2014

Lire l'article

Et si la Vallée des Saints devenait l’investissement d’avenir pour la Bretagne…

vallée des saintsEn 5 ans, la Vallée des Saints est devenue une aventure humaine hors norme en constituant un réseau exceptionnel de mécènes à travers le monde entier.

Savez-vous que plus de 2 050 Compagnons dont 170 entreprises ont apporté leur soutien financier à cette aventure unique au monde ? La Vallée des Saints devient assurément le projet le plus fédérateur de
Bretagne et cela ne fait que commencer. En 2014, l’association a constaté une accélération marquée du mécénat avec, pour la première fois, l’organisation de 2 chantiers de sculptures monumentales (14 œuvres créées entre juin et septembre).
L’association est convaincue qu’investir dans un projet culturel tel que celui de la Vallée des Saints équivaut à investir dans le développement économique du territoire breton.

Lire l'article

Naissance du 1er réseau d’accompagnement des entreprises innovantes en Bretagne

Les 7 présidents des 7 technopoles de Bretagne se sont réunis pour acter la création de la fédération des 7 technopoles de Bretagne. Après des années de collaboration et une expérience de plus de 20 ans, la création de la fédération est une étape supplémentaire pour ce réseau très actif au service des entreprises et de l’innovation.

Une ambition commune

La fédération des 7 technopoles de Bretagne porte une ambition commune, le développement économique par l’innovation au carrefour de la recherche et de l’entreprise. « Un engagement au service de nos territoires »

Des acteurs de proximité

Aujourd’hui, ce réseau couvre l’ensemble du territoire breton. Les entreprises ont à leur disposition, en proximité, des interlocuteurs et des experts pour accompagner et développer leurs projets innovants. Une particularité bretonne.

Des outils efficaces pour les entreprises

Au-delà de simplifier la visibilité de l’écosystème de l’innovation pour les entreprises, la fédération va poursuivre le développement d’outils pour les start-ups et les entreprises innovantes :

  • • Ingénierie de projet innovant
  • • Coordination de solutions apportées par l’écosystème (partenaires du financement, pôles compétitivité, la recherche, centres techniques, …) au service des entreprises
  • • Incubation de start-ups via Emergys, « L’incubateur* des 7 technopoles de Bretagne »
  • • Organisation de 7 évènements économiques majeurs sur l’ensemble du territoire breton
  • • Animation de 7 formations à destination des jeunes porteurs de projet innovant sur l’ensemble du territoire breton
  • • Sensibilisation et formation des étudiants à la création d’entreprise avec notamment les « entrepreneuriales Bretagne ».

Une présidence partagée 

La présidence sera assurée cette année par Rennes Atalante et son président Claude Labit qui représentera l’ensemble des composantes de la fédération au service de tous les territoires pour développer l’économie par l’innovation.

 

Lire l'article

28 novembre : Assemblée générale de Bretagne Prospective à Rennes

fond_vierge

Notre assemblée générale annuelle se tiendra le vendredi 28 novembre 2014 au Centre culinaire contemporain de Rennes (1) (amphithéâtre digital Jean-Michel Lemétayer) à 18h.

Après la présentation de l’activité et des comptes de l’exercice 2014 de Bretagne Prospective, nous proposerons une table-ronde sur le sujet « Territoires numériques, territoires politiques ». Elle sera animée par :

Michel BRIAND
Directeur adjoint de la Formation Institut Mines Telecom
Membre du Conseil national du Numérique

Bruno MARZLOFF
Directeur du Groupe Chronos

Jean-Claude RAOUL
Délégué général de l’Académie des Technologies

Cette rencontre sera suivie d’un cocktail.

Pour toute information : contact@bretagne-prospective.org

(1) 8 rue Jules-Maillard-de-la-Gournerie, Rennes Atalante Champeaux

 

Territoires numériques, Territoires politiques
Les modèles de l’économie numérique sont en train de transformer de fond en comble non seulement notre économie mais aussi nos rapports sociaux, voire la nature de l’homme. Ces modèles caractérisés par le tout gratuit (sur la base de la monétisation de ce qui fonde une partie de ce que nous sommes : nos données personnelles), la transparence ou encore le partage des informations et celui d’usages de services (mais très certainement pas des bénéfices financiers qu’ils en retirent), ne relèvent-ils pas de nouvelles formes de prédation, de monopoles, de visions idéologiques du monde (solutionnisme, transhumanisme) tant ils s’affranchissent du respect de la vie privée, des formes de gouvernances démocratiques, des territoires, des activités qui se retrouvent ainsi désintermédiés par certains acteurs de l’économie numérique.
Ces synthèses technologiques qui sont en train de s’opérer, en apportant des progrès manifestes, ne gagneraient-elles pas à être mieux maîtrisées dans le cadre de gouvernances territoriales tant il est probable que ce sont les fonctionnements combinés des acteurs politiques et économiques qui devraient permettre de déterminer la façon dont ces nouvelles capacités ou mieux encore ces nouvelles capabilités se traduiront par des bénéfices au plus près des citoyens et de l’avenir souhaité de leurs territoires.

Lire l'article

Le capital développement au service de la Bretagne

logo

GO CAPITALest une société de gestion basée à Rennes investissant dans des entreprises innovantes du Grand Ouest de la France (Bretagne et Pays de la Loire principalement) à fort potentiel de développement.

GO CAPITAL gère, depuis 2003, pour le compte de souscripteurs institutionnels et d’entrepreneurs investisseurs, plus de 100 millions d’euros au travers de plusieurs fonds. A ce jour, plus de 2000 emplois à forte valeur ajoutée ont été créés sur le territoire au travers de plus de 50 entreprises accompagnées par GO CAPITAL. Après avoir lancé avec succès les fonds Ouest Ventures en 2003, Ouest Ventures II en 2009 et GO CAPITAL Amorçage en 2012, GO CAPITAL s’apprête à lancer le fonds Ouest Ventures III qui apportera une solution de financement et d’accompagnement aux entreprises innovantes à forte croissance souhaitant se développer à l’international et étendre leur gamme de produits et services. Dans le cadre de ce nouveau fonds l’équipe, constituée d’entrepreneurs, souhaite se rapprocher des entrepreneurs bretons ayant réussi, partageant les mêmes valeurs, et souhaitant contribuer au développement de notre territoire en participant à l’initiative Ouest Ventures III et, s’ils le souhaitent, en co-investissant aux côté du fonds tout en étant proche de l’équipe et des sociétés financées.

Lire l'article

« Passer du Train à Grande Vitesse au Train à Grands Services »

fond_vierge

DEBAT PUBLIC LNOBPL

L’accessibilité de la Bretagne a toujours été une question centrale pour garantir son développement. Le plan routier breton ou encore le plan ferroviaire breton en sont les témoins récents et aujourd’hui, les infrastructures construites contribuent à l’attractivité de notre territoire. La mise en service de la nouvelle portion de voie à grande vitesse entre Le Mans et Rennes en 2017, en permettant d’améliorer encore l’accessibilité de la Bretagne représente une nouvelle étape dont il faut se réjouir.

Cependant en gagnant du temps à l’Est de Rennes, on augmente d’un point de vue relatif la distance entre Rennes et l’Ouest de la Bretagne avec le risque de voir se creuser une fracture territoriale entre l’Est et l’Ouest de notre région. Cependant, la solution à ce problème posé se trouve-t-il dans la construction de nouvelles infrastructures ferroviaires à l’Ouest de Rennes ? La réalité territoriale de la Bretagne, avec son réseau de villes moyennes est-elle adaptée à des infrastructures permettant la très grande vitesse ferroviaire ? Les évolutions (voire les révolutions) que nous connaissons actuellement du fait de l’irruption du numérique ne doivent-elles pas être prise en compte pour envisager l’accessibilité de nos territoires avec une nouvelle grille de lecture ?
Dans le cadre du Débat Public proposé autour du projet LNOBPL*, Bretagne Prospective a souhaité apporter sa contribution en proposant des éléments pouvant venir compléter l’analyse proposée par la commission.

Lire l'article

Le digital : une opportunité pour toutes les entreprises – Une rencontre de Produit en Bretagne

La digitalisation, c’est-à-dire l’avènement du numérique, constitue une mutation profonde de notre société qui impacte la vie sociale, économique et politique. Nous sommes tous concernés.

Alors, le digital : contrainte ou opportunité ?

Produit en Bretagne vous invite à un petit-déjeuner thématique au cours duquel interviendront :

  • Jocelyn Denis, dirigeant de Digitaleo, spécialiste des solutions en marketing digital
  • Mathieu Hamelle, Directeur Clients groupe Beaumanoir et Directeur Général de Bréal

Cette rencontre vous est proposée sur deux lieux :

le jeudi 27 novembre de 8h30 à 10h à Rennes, à l’espace La Fabrique – 20 avenue Jules Maniez – 35000 Rennes

Le mardi 9 décembre de 8h30 à 10h à Quimper, lieu  communiqué ultérieurement.

Pour vous inscrire, il vous suffit de renvoyer le bulletin ci-dessous à sklerenn.gallais@produitenbretagne.bzh avant le 21 novembre pour la rencontre sur Rennes, et avant le 3 décembre pour la rencontre à Quimper.

————————————————————————————————

RENCONTRE THEMATIQUE « Le digital, contrainte ou opportunité ? »

NOM …………………………………………………………………….

Société ………………………………………………………………….

Mail……………………………………………………………………….

S’inscrit à la rencontre sur le Digital :

(  ) le 27 novembre à Rennes

(  )  le 9 décembre à Quimper

produit en bretagne

Lire l'article

En Bretagne, consommation et actions participatives contribuent au développement local…

fond_vierge

« Think mondial and act local »…, une fois de plus, transgressons cet adage marketing ! Après le « penser Mondial pour agir Local», puis le « penser Local pour agir Mondial », comment peut-on encore ignorer le « Local pour le Local » ? Et comment, les principaux Acteurs de la consommation et de l’animation d’un Territoire, (en l’occurrence la Grande Distribution) pourraient-ils, encore, ignorer les activités et les intérêts de leurs « zones de chalandise » ?

C’est autour de cette évidence, matérialisée par un exemple concret d’initiatives et d’actions, que doivent se bâtir, en Bretagne, de nouvelles formes d’échanges et d’actions citoyennes pour l’animation et l’organisation des Territoires. Un exemple :
Implanté dans les années 80, l’Hyper U de Guichen (35) est une entreprise familiale qui n’a cessé de croître, disposant aujourd’hui d’une surface de 3 980 m² et d’un effectif de 230 salariés.

Lire l'article

Les entreprises soutiennent massivement la réunification de la Bretagne au sein d’un grand-ouest recomposé

C’est un oui franc et massif. Les 85 entreprises qui ont répondu aux questions de construirelabretagne.org appellent de leurs vœux une Bretagne à cinq départements dans un grand ouest recomposé. Le projet qui leur était soumis tient en cinq lignes suivies de deux questions :

Construire la Bretagne.org est le site d’une initiative citoyenne dédiée à la réforme territoriale en cours. Nous y proposons un grand-ouest réorganisé en trois régions fortes et lisibles : la Normandie, la Bretagne avec la Loire-Atlantique et la création d’une grande région Val de Loire (le nom est inscrit au patrimoine de UNESCO) unissant l’essentiel des Pays de la Loire avec la région Centre ».

Question 1 : Dans ce moment historique, soutenez-vous ce projet pour créer des régions cohérentes ?

Lire l'article